Retour sur la soirée des vœux 2019

  • 11 janvier 2019
  • Mis à jour le 14 janvier 2019
  • Citoyenneté

Revivez la soirée des vœux 2019 de la Mairie du 2e arrondissement, organisée le 10 janvier !

Bonne année 2019 !

Le site Paris.fr utilise des cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des vidéos et des pages de Paris.fr. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez leur utilisation. Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée, rendez-vous ici.

accepter

Discours de Jacques Boutault, Maire du 2e arrondissement

Cette année 2019 est assez particulière. C’est la dernière année pleine d’exercice de notre mandat d’élu-e-s. (En 2020 nous ne disposerons que de 3 mois après la nouvelle année).

Aussi, je tenais tout d’abord à saluer l’équipe municipale. Car nous avons connu des coups durs en 2018, sans que cela nuise à la cohésion de cette équipe ou fasse l’objet de vaines polémiques.

Nous avons dû faire face à une attaque terroriste qui a fait plusieurs blessés et conduit à l’assassinat de Ronan Gosnet le 12 mai rue Marsollier.

Grâce au sang-froid de tous : policiers, employés des bars et restaurants, résidents, clients… les pertes en vie humaines ont été limitées. Je tenais à remercier toutes celles et tous ceux qui sont intervenus.

Une plaque à la mémoire de Ronan Gosnet sera apposée rue Marsollier au mois de mai prochain et inaugurée en présence de la Maire de Paris. Vous y serez conviés.

Nous avons dû aussi, au cours de cette année, réagir à plusieurs reprises suites aux agressions homophobes qui se sont déroulées sur notre territoire.

Par deux fois la plaque, rue Bachaumont, en hommage à Diot et Lenoir (les deux dernières personnes condamnées à mort en France pour homosexualité) a été dégradée.

Le président de SOS homophobie a lui été physiquement agressé rue Étienne Marcel par un passant lui reprochant son homosexualité.

Nous avons aussi été unanime à apporter notre soutien aux commerçants, notamment rue Saint-Denis et sur les Grands Boulevards, dont les vitrines ont été vandalisées par des casseurs, en marge de la mobilisation des Gilets jaunes.

Moins dramatique mais tout aussi préoccupant, 2018 a vu l’explosion, dans le centre de Paris, des locations saisonnières pour touristes qui entrainent la baisse du nombre d’habitants et génèrent des fermetures de classes.

Nos trottoirs ont été envahis par des trottinettes électriques et des vélos en libre-service

Ce sont, pour nous, autant de nouveaux défis à relever.

Retour de vélib’, encadrement des loyers, berges de Seine piéton, playground et jardin des Halles, piétonisation de Paris centre un dimanche par mois.

Je tenais aussi à remercier l’administration et le cabinet qui sont toujours et mobilisés et réactifs et n’ont pas compté leur temps pour réparer les dégâts et mieux nous protéger. Je tenais à leur dire qu’ils sont l’honneur du service public.

Nos missions - élu-e-s, administration, cabinet - nous les menons dans un contexte de plus en plus contraint, tendu.

Les dotations de l’État aux collectivités se réduisent. La contractualisation avec l’État et la quasi mise sous tutelle du budget municipal, restreignent la capacité d’investissement et de création d’emplois de la ville, pénalisant l’action publique de proximité et rendent plus difficile le bon aboutissement des engagements que nous avons pris envers les citoyennes et citoyens.

La crise sociale est là qui se double d’une crise environnementale. Les inégalités s’accroissent, générant mécontentement et frustrations, tandis que les conséquences du dérèglement climatique commencent à impacter nos façons de travailler et bientôt notre qualité de vie.

A ce sujet, 2018 a suscité une autre déconvenue. Je veux parler de l’échec de la COP24 de Katowice en Pologne. C’est maintenant une certitude, nous ne maintiendrons pas la température terrestre en deçà de 2°C supplémentaires d’ici 2050, comme les États réunis lors la COP21 de Paris en avait pris l’engagement.

Cela signifie, d’après les scientifiques du GIEC, l’accélération de la dégradation de la biodiversité. Les animaux sauvages vont continuer à disparaître à un rythme accéléré, le niveau des mers va encore monter, réduisant les surfaces de terres arables et habitables, favorisant de nouvelles vagues migratoires.

Nous connaitrons des épisodes de chaleurs plus intenses et plus fréquentes en été. Des inondations vont se produire plus régulièrement, comme les tempêtes. Ici à Paris et en France. Mais aussi partout dans le monde.

La raréfaction des matières premières indispensables à nos industries et nos déplacements et l’explosion de leur prix, vont fragiliser nos filières logistiques d’approvisionnement (eau, alimentation, transport) accroissant encore les inégalités et donc le ressentiment antisocial.

Il nous faudra faire preuve de résilience et de solidarité.

De résilience c’est-à-dire de capacité d’adaptation et de coopération entre nous.

De solidarité c’est-à-dire du sens du partage et de l’hospitalité.

Le dérèglement climatique est produit par les modes de vie et de consommation des pays du Nord mais ses conséquences premières impactent d’abord les pays du Sud. Nous devons donc nous sentir responsables et agir en conséquence.

Mais, me direz-vous, le vœux de la nouvelle année, ce n’est pas pour nous déprimer ! C’est pour nous souhaiter le bonheur !

Et vous avez raison ! Mais d’abord, comme le disait Saint-Exupéry, le père du Petit Prince : « Nul ne peut être à la fois responsable et désespéré ».

Nous avons les moyens d’agir pour ne pas désespérer et faire en sorte que les prévisions des experts ne se produisent pas. Ou, au moins, pour nous adapter. Comme le disait l’historien et écologiste Hans Jonas : « la prophétie du malheur est faite pour éviter qu’elle ne se produise ».

Le pessimisme de la raison nous pousse à agir. Comme l’observait la philosophe Hannah Arendt, après la phase de déni et de sidération vient le temps de l’action et donc de l’optimisme, nous offrant ainsi la possibilité de renverser la situation et ouvrant la porte à un autre futur possible.

Car il n’y a pas de fatalité. Rien n’est écrit d’avance. Mais pour qu’une bonne nouvelle arrive, il faut être prêt à l’accueillir. Il faut s’y préparer.

Etty Hillesum, jeune femme morte en déportation, disait dans son livre Une vie bouleversée : « Je ne crois pas que nous puissions corriger quoi que ce soit dans le monde extérieur que nous n’ayons pas d’abord corrigé en nous ».

Commençons donc par nous-même et appliquons nous le principe de bienveillance. Bienveillance à l’égard de nous-mêmes et bienveillance à l’égard des autres, de la planète, et du vivant.

Pour cela, je vous propose un outil très efficace. Vous avez bien entendu le choix de l’utiliser ou de ne pas l’utiliser. Mais même si au début vous n’y croyez pas, essayez tout de même.

Mais si vous essayez, et que vous y arrivez, vous serez étonnés de constater à quel point cela change vos relations avec les autres et embellit votre vie. Cet outil, à la fois simple et difficile à mettre en œuvre au quotidien, ce sont les accords Toltèques.

Ils reposent sur 4 principes que je vous invite à appliquer et qui sont les suivants :

- Avoir une parole impeccable, c’est-à-dire au plus près de la vérité, sans dénigrement.
- Ne rien prendre personnellement : quoi qu’il arrive n’en faites pas une affaire personnelle.
- Ne pas faire de supposition, c’est-à-dire ne pas prêter d’intentions à autrui. La majorité des confits a pour origine une parole déplacée, malheureuse ou un simple mal entendu.
- Et enfin : toujours faire de son mieux.

C’est donc à vous chers concitoyennes et concitoyens de fabriquer l’antidote. Vous le pouvez ! Et la bonne nouvelle c’est que vous la fabriquez déjà par vos gestes quotidiens.

Quand vous triez vos déchets le plastique, le carton, le verre mais aussi les déchets alimentaires, vous contribuez à réduire la pollution. Et grâce au recyclage des déchets alimentaires, nous construisons en plus une filière de fabrication du méthane qui permet de s’affranchir du pétrole et retrouver à terme notre autonomie énergétique, sans financer des régimes dictatoriaux ou islamistes comme c’est le cas actuellement.

De la même manière, quand vous avez recours aux services de la ressourcerie rue Léopold Bellan et de son repair café, vous réduisez le gaspillage et préservez la matière première.

C’est vous aussi qui avez la solution quand vous décidez de ne plus posséder de voiture et que vous vous déplacez à pied, à vélo ou en transport en commun.

C’est vous encore quand vous achetez bio, commerce équitable et que vous vous approvisionnez auprès de petits commerces de proximité de nos quartiers.

C’est vous enfin quand vous prenez sur votre temps pour vous investir dans la vie démocratique via le associations ou les conseils de quartier et que vous contribuez ainsi au dialogue et à l’enrichissement des politiques publiques que nous menons.

Le rôle de l’élu, je suis convaincu, ce n’est ni de faire à la place des citoyens, ni de simplement les écouter, mais de mettre en place les dispositifs nécessaires au changement, au dialogue et à l’action, afin de faciliter leur faciliter les transitions. C’est ce que nous faisons.

En 2018 par exemple nous avons réaménagé la place des Petits-Pères et installé des bancs publics pour plus de convivialité, créé un station Vélib supplémentaire rue Réaumur à l’angle de la rue Montmartre pour encourager les déplacements doux.

Nous avons accueilli un antenne de la régie de quartier Paris Centre rue Beauregard pour aider les personnes les plus éloignées de l’emploi à retrouver une activité rémunératrice.

Nous avons signé un nouveau marché pour la cantine des enfants, bannit les barquettes en plastique pour lutter contre les perturbateurs endocriniens. En plus, ce nouveau marché maintient un haut niveau de produits bio, permet à celles et ceux qui le souhaitent de manger végétarien et bien sûr, proscrit le poisson péché en eau profonde, les OGM et l’huile de palme.

Les générations futures ou plutôt, nos enfants, les plus jeunes, ceux qui après nous viendront, sont au cœur de nos préoccupations.

« Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir », disait Aimé Césaire. Pour mieux faire comprendre la nécessité de la paix et l’enchaînement des causes qui conduisent à la guerre, nous avons organisé la Cérémonie du 11 novembre en présence d’une centaine d’enfants dans la cour de la mairie.

Nous avons aussi organisé les Eco-games, le 2 décembre dernier afin de sensibiliser, par le jeu, le jeune public aux enjeux du dérèglement climatique et entrainer des changements de comportement.

A destination des électrices et électeurs nous avons organisé une votation à Paris centre pour choisir ensemble le nom de notre nouvel arrondissement et le lieu de la mairie de secteur. Ce sera donc, à partir de 2020, Paris Centre dont la mairie sera située dans les locaux de la mairie actuelle du 3e arrondissement.

Au cours de cette année 2019, nous continuerons à vous demander votre avis concernant le devenir des locaux des anciennes mairie des 1er, 2e et 4e arrondissements.

Nous poursuivrons nos rendez-vous habituels : vide-grenier, salon des artistes, Bal de la Bourse, fête de la musique, Cinéma de quartier…

Nous entamerons les travaux rue des Petits-Champs. Nous finaliserons l’espace pour les jeunes rue de la Villeneuve. La piste cyclable boulevard Sébastopol verra le jour.

Nous commémorerons les 75 ans de la Libération de Paris.

Enfin nous organiserons un festival Slow Food dans les prochains mois sur la question de la biodiversité alimentaire et l’aspect culturel de l’agriculture.

Nous aurons aussi à organiser le 7 février la 2e nuit de la solidarité.

Et le 26 mai prochain le scrutin (à un seul tour) des élections européennes. D’ici là, nous mettrons en place le débat public et des cahiers de doléances voulus par le président de la République. J’espère très sincèrement que ces débats déboucheront sur une réelle prise en compte des enjeux du dérèglement climatique et de la réduction des inégalités. Sinon ils n’auront servi à rien et la déception sera encore plus grande.

Se parler, aller au fond des choses, élaborer ensemble des solutions, c’est le meilleur remède à la violence.

Nous aurons aussi, au cours de cette année 2019, l’occasion, de nous rencontrer lors des multiples rendez-vous, culturels, festifs ou politiques que nous organisons et auxquels vous êtes cordialement invités-e-s.

Encore bonne année 2019 !

Dernière mise à jour le lundi 14 janvier 2019

Restez connecté

Lettre d'information

Pour suivre l’actualité de votre arrondissement, inscrivez-vous à la newsletter !

Je m'abonne

Paris j'écoute

11h5712h56
@roualloche
@Parisjecoute Comment peut-on accéder au plan de déplacement de Paris ?
@Parisjecoute

@rouallo Bonjour, vous le trouverez ici : http://ow.ly/4mIVUC Bonne journée !

17h1916h39
@mlauribault
@Paris Où se situent les nouveaux espaces verts ? Merci.
@Parisjecoute

@mlauribault Bonjour, Vous trouverez tous les détails sur les nouveaux espaces verts ici : http://ow.ly/10Ctk8 Bonne journée.

14h814h53
@Djackbroute
@Parisjecoute Bjr, ou est-il possible d'avoir des données concernant l'estimat° du trafic routier à long terme dans certaines rues de Paris?
@Parisjecoute

@Djackbroute Bonjour, il est possible que cette page du site de la Préfecture réponde à votre demande : http://ow.ly/10C9PR

10h5713h1
@nicostewz
@Paris Bonjour, savez-vous si l'affiche de l'inauguration de la Canopée est dispo qqe part?
@Parisjecoute

@nicostewz Bonjour, il n'y en a malheureusement plus. Bonne journée ! cc @Paris